Les préparatifs, Nestor, USA

Partir 6 mois, congé sans solde ou congé sabbatique ?

6 janvier 2015

Une de nos premières préoccupations pour faire passer notre roadtrip du statut d’idée en l’air à celui de de projet, fut de rendre notre départ possible au regard de notre situation professionnelle.

Congé sabbatique, congés payés, démission, congé sans solde ? Si vous aussi vous vous interrogez, voici ce pour quoi nous avons opté.

Nestor_Combi_9

(En l’occurrence, ce pour quoi Mlle a opté, car la situation professionnelle de Monsieur est très particulière et ne rentre dans aucune case…)

Déterminer une période d’absence

Un an nous semblait trop long pour un premier gros trip et trop lourd budgétairement parlant. Nous avons donc envisagé un trip de 6 mois maximum. Juin-décembre nous a paru la période la plus propice, notamment car ce sera l’été pendant une bonne partie du voyage.

Trouver la solution la plus adaptée

Impensable pour nous de tout plaquer pour partir à tout prix. D’abord pour le côté raisonnable de la chose, et surtout parce que nous aimons l’un et l’autre notre job et souhaitions pouvoir le retrouver en rentrant.

L’option congés payés ne pouvait pas marcher… Le tour des USA en 5 semaines ? Un peu trop ambitieux pour nous. Restaient donc le congé sans solde ou le congé sabbatique.

Congé sans solde ou sabbatique, quelle différence ?

Dans les deux cas, sur toute la durée de l’absence, le contrat de travail est suspendu et le salaire également. Le salarié conserve néanmoins ses droits d’assurance maladie. Quelques différences cependant :

  • Le congé sabbatique : allant de 6 à 11 mois, le congé sabbatique figure dans le droit du travail. Il peut être accordé à tout salarié justifiant, à la date de départ en congé, d’au moins 3 ans d’ancienneté dans l’entreprise et de 6 ans d’activité professionnelle.
  • Le congé sans solde n’est possible que si votre convention collective le permet et, est soumis à la libre appréciation de votre employeur. Il ne relève pas du droit du travail. En d’autres termes, il « suffit » de vous mettre d’accord sur la durée.

Mlle ne remplissant pas le critère des 6 ans d’expérience professionnelle, elle a donc fait une demande pour un congé sans solde qui a été acceptée (youpi !) en août dernier.

Contractualiser son absence

image

Le congé sans solde est souple mais relativement flou. Aucun document n’existe. Afin de contractualiser les conditions de son départ/retour et d’avoir une trace écrite (utile également pour le rdv à l’Ambassade des USA par exemple), Mlle a rédigé un document très simple signé par les deux parties.

Celui-ci mentionne les dates de début et de fin du congé sans solde et les conditions (pas de salaire, récupération de son poste à son retour, etc.). Si besoin, vous pouvez accéder à un modèle de document (non officiel) à copier ICI.

Chaque cas est différent, mais si vous souhaitez vous lancer, quelques conseils :

  • Prévoyez de faire votre demande assez longtemps en avance afin de ne pas prendre votre employeur au dépourvu et pour optimiser vos chances. (En l’occurrence, Mlle a fait sa demande début mai 2014 pour un départ en juin 2015.)
  • Au moment du rendez-vous, ayez déjà une idée des dates souhaitées mais gardez de la souplesse, peut-être que votre employeur serait OK mais sur une autre période.
  • Estimez la durée de votre congé sans solde en fonction de vos ressources budgétaires et en accord avec votre entreprise. Mlle a par exemple pris 5,5 mois auquel elle ajoutera des congés payés.
  • Ayez à l’esprit que la durée de votre congé sabbatique ou sans solde impactera le nombre de jours de congés auquel vous pourrez prétendre l’année suivant votre retour. D’autant plus que les congés payés ne se calculent pas au 1er janvier mais au 31 mai.
  • Ne vous attendez pas à une réponse dans la foulée, il est probable que votre employeur ait à réfléchir, à consulter divers documents, etc., et c’est bien normal ! Et gardez à l’esprit que rien ne l’oblige à accepter un congé sans solde, ni à vous en donner la raison.

Voilà pour ce qui est des premières formalités administratives. Un article un peu long mais qui, nous l’espérons, pourra aider certains d’entre vous. N’hésitez pas si vous avez des questions ou des retours d’expérience !

Ces articles pourraient aussi vous intéresser !

Pas encore de commentaire

Une question ? Une remarque ? Un compliment ? Laissez-nous un commentaire !